vendredi 16 décembre 2011

Summary Report - CREW 108 (sol 13)

Crew 108 (3 dec. / 18 dec. 2011)
Charlotte Poupon, 34, France, Industrial Designer, Station Leader
Michael LeClair, 38, Canada, Executive Officer, Health & Safety Officer, Geologist
Usha Lingappa, 20, United States, Astrobiologist
Ashley Dale, 23, United Kingdom, Engineer
Mike Lotto, 20, United States, Engineer
Alicia Framis, 44, Netherlands, Artist

Short Presentation
As first Crew of the MDRS season 2011-2012, we were all thrilled when John Barainca and Shannon Rupert gave us the keys to the Hab: our sweet home on Mars for the following two weeks.

Coming from a variety of countries and educational backgrounds presented a challenge to making our crew a cohesive team. Thanks to our common good temper, we were up to the challenge.

Food Experimentation
The crew participated in a food study developed by Jean Hunter of Cornell University to determine the role of food and cooking in future long-duration missions.

This required crew members to rotate between two days of eating pre-prepared freeze dried foods (without improving them with additional ingredients), and two days of cooking creatively with dehydrated and other shelf-stable ingredients. We weighed ourselves every morning and answered an online survey about our appetite and mood every evening.

Aside from attempts to grow sprouts and make yogurt (neither with tremendous success), the food study went well, providing many opportunities for meaningful and humorous discussions. The process proved less demanding than initially expected, although we did miss steaks, fresh fruits and vegetables, and good cheese.

Engineers’ Work (A. Dale & M. Lotto)
The Hab was extremely well prepared for us by the Mars Society Team, but several miscellaneous tasks still required attention.

Started by the support team, the pressurized tunnel, which connects the Engineering Hatch to the GreenHab, was not quite finished. So, the engineers finished construction on the pressurized tunnel in addition to their standard maintenance checks around the Hab.

They then tackled multiple repairs, many of which involved the EVA equipment. Several EVA suits’ fans were not nominally operating due to failures in supporting electronics, so the engineers corrected various wiring problems. In addition, the power supply for EVA suit 2 continually caused difficulties during EVAs because it was not fully secured in its pack. To ensure cooling capabilities for EVA suit 2, the battery was firmly secured to the pack and has not caused problems since the repair.

In addition to repairs and maintenance, the engineers headed up the first efforts in standardizing hand signals for basic communication on ATVs. These hand signals are to be primarily used when the EVA team’s radios are malfunctioning or impractical.

Astrobiological Findings (U. Lingappa)
Rock varnish is a thin, dark, natural coating that forms on exposed surfaces of rocks in many arid environments on Earth. It is home to several different genera of bacteria, and there are quite a few hypotheses that these microbes are responsible for its formation. There is also good photographic evidence of rock varnish on Mars. If the the varnish on Mars is the same as the varnish on Earth, and the varnish on earth is in fact the product of microbial processes, the implications for microbial life on Mars similar to that on Earth are very exciting.

Our biologist spent the last two years studying the diversity and physiology of rock varnish microflora from the Mojave and Atacama deserts focusing on UV resistance in actinomycetes. At the MDRS, she built off this work by attempting to cultivate organisms from rock varnish within the limitations of aseptic sampling in simulation on EVA, and returning to work in a minimal microbiology lab. She successfully isolated what looked like micro colonial fungi but not the bacteria she was looking for, due to limited availability of ingredients for growth media and difficulty maintaining incubation temperature.

Studying the microbiology of Mars analog environments on Earth (like desert rock varnish) will help us to better understand where and how to look for life on Mars. Developing reliable aseptic microbiological techniques for Martian simulations is crucial to biology work on a real Mars mission.

Geological Findings (M. LeClair)
Having no previous experience working with sedimentary rock Mission Geologist Michael LeClair initially directed efforts towards structured field geology excursions and collecting samples of hematite concretions, while becoming familiar with geomorphology and paleoenvironment literature for the area available at the Hab. One notable discovery - possibly undocumented previously - are the borehole features located at Burpee Dinosaur Quarry. Kissing Camel Range to the south of the Hab was identified as an inverted channel.

Concretion examples exhibiting a brown outer surface, a light to white colored interior and lacking internal zoning as described by Battler, Clarke and Coniglio were located in abundance at 5 different sites throughout the Dakota Sandstone strata and sandstone units in the Summerville Formation. Sample inspection was limited to 20x magnification through a visual wavelength microscope. The rock saw in the Hab Lab does not effectively cut thin sections, however concretions could still be halved and examined.

Much thought was given to human-machine collaboration during Exploration Geology EVAs and the many avenues for automation during sample collection, documentation and in situ interpretations.

BuddyBot Rover (Ch. Poupon)
While Opportunity was finding a gypsum vein, obviously created by liquid water, BuddyBot discovered its analog ground around the Hab. In its first version, our rover had both logistic and scientific platforms and carried a remote camera, a recording camera, and two LED lamps. To improve BuddyBot’s mobility over loose soil we made it lighter and moved all the gear to a single platform for the second version.

Working on BuddyBot and answering questions from Mission Support to help future robotics programs at the MDRS has led us to imagine new ideas for improving the performance of remote control rovers. We discussed the use of a helium balloon to hold up an antenna and increase the range of the remote control, and the use of 3x3 driven triple-wheels and under-pressurized tires to traverse rugged ground.
“Domestic” rovers like BuddyBot could be part of future manned missions to Mars.

A rover could help Marsonauts on their EVAs by exploring hazardous places such as narrow canyons or caves, and its high antenna could enhance communications between EVA crew and Hab.

Light Measurements (Ch. Poupon)
A small installation was put on the MDRS roof from the inside cupola, to collect hourly data on the level of natural illumination. This will contribute to the development of a prototype autonomous lighting system (ALS) for confined environments like submarines, polar bases and space ships.

The data collected at MDRS was the first step of research that will be submitted to ESA answering an “Announcement of Opportunity For Medical, Physiological and Psychological Research Using Concordia Antarctic Station as Human Exploration Analogue,” this coming January. Further in the future, it will also be submitted to the submarine department of the French Navy.

This research program is developed by Charlotte Poupon (Industrial Designer, Reservist on duty in the French Navy, MDRS crew 108) and Amaury Solignac (Ph.D., Psychologist, French Southern and Antarctic Lands, MDRS crew 14). It might be submitted to the Mars Society as a possible permanent study during future campaigns, at either MDRS (to collect data) or at FMARS (to test the ALS device once prototyped).

Alicia Framis Film
Alicia Framis filmed a 35 minute art piece about Mars exploration. Three days into our simulation, her film crew arrived in Hanksville from Amsterdam.

We spent three EVAs over the course of two days being filmed - with objects designed by artists including empty books and compasses pointing to earth.

Before the departure of both of the film crew and Alicia, our Station Leader made sure that all participating crew members and more importantly the Mars Society would be credited for this film. Without the Mars Society none of this would have been possible.

mercredi 14 décembre 2011

Loft martien (sol 11)

Trois jours de silence sur le blog, mais trois jours de travail au MDRS. Principalement à l'intérieur car il neige depuis deux nuits et le désert martien se transforme en champs de boue lunaire, voire lunatique ! Hier un marsonaute est même tombé - sans gravité - endommageant son respirateur.

Les ingénieurs de bord se concentrent donc sur la réparation du dispositif, avec la bénédiction de Zubrin himself ! Après de longues discussion sur "comment [ne pas] coller du PP avec de la colle ABS", nous sommes parties pour le soudage et malgré les dizaines de petits bouts de polypropylène ça se passe plutôt bien.

Pendant ce temps, je m'affaire au rapport de fin de mission qui doit être rendu vendredi soir au plus tard. Cela nous donne l'occasion de nous retourner sur le travail accompli et c'est assez stimulant pour finir la mission sur le bon pied. Samedi matin, nous devrons ranger nos chambres et faire place nette à l'équipage 109 qui viendra nous relever. Ca sent la quille sur Mars !

dimanche 11 décembre 2011

Deuxième essai bour Buddy Bot (sol 8)

A la suite des essais d'hier soir, nous avons apporter quelques changements à notre petit rover radio-commandé, la nécessité était de l'alléger un maximum car celui-ci était peu performant sur un sol accidenté.

Exit, donc la plateforme technique et celle scientifique, nous avons tout ramené au plus bas afin également d'abaisser le centre de gravité. Le prix à payer a été de renoncer aux ressorts de suspension, mais avec un vrai robot, la vitesse et la pression de pneux pourraient tout à fait compenser ce choix.

Nous avons aussi inversé le sens de conduite pour que la traction passe à l'avant et non à l'arrière. Cela complique un peu le pilotage à la manette, mais ce soir, avec quelques soudures on devrait également pouvoir inverser le sens de pilotage.

Le deuxième essai a été très concluant, Buddy Bot se montrant plus performant sur de petites buttes. Encore retissant à franchir des cailloux. Là, c'est une histoire de couple moteur, sûrement, pas sûr qu'on puisse y faire quoi que ce soit ici.

Prochain essai, ce soir, à la nuit tombée pour tester la portée des lampes LED du rover et la sensibilité de la caméra scientifique.

samedi 10 décembre 2011

Premiers tours de roues de Buddy Bot (sol 7)

Les premiers tests devaient avoir lieu hier, mais le chargeur d'accu de Buddy Bot a refusé de fonctionner sur du 110 v (le truc Made in China... je précise...). C'est donc totalement déprimée que j'ai regardé mon rover toute la soirée avant de me lancer dans un bricolage digne de MacGyver (et de l'ENSCI aussi)... Le principe : monter 5 piles AA, 1,5 volts en série, afin de retrouver les 7,5 volts nécessaires au rover.

Ce bricolage est tout à fait simple quand on dispose de tous les outils. Mais quand il faut faire avec les moyens du bord et donc inventer, tout peut se compliquer. La première tentative avec du papier d'alu comme connecteur a été vaine, mais Ashley a dégoté un vieux bout de câble électrique dans l'atelier... Après une petite heure de bricolage, fait de câble, de couteau suisse et de gaffer gris, voilà ma batterie de fortune opérationnelle !

Les premiers essais ont donc eu lieu aujourd'hui. Très vite, on a compris que les bouteilles chargées de lester le rover étaient quand même assez lourdes. Après délestage, Buddy Bot s'est en allé lentement mais sûrement dévorer ses premiers mètres de terre martienne.

Le châssis étant de traction arrière, l'engin s'est montré plus efficace… en marche arrière, ce qui pour le coup complique les choses concernant tant la caméra de navigation (avec retour en direct sur un écran de contrôle) et la caméra scientifique qui enregistre le trajet !

De futures modif' en vue… les amateurs du rover sont quittes pour de prochains épisode, notamment pour une sortie nocturne, après de nouveaux allègements qui lui permettront peut-être de mieux rouler en marche avant.

L'intérêt de petits "rover domestiques" lors de missions martiennes pourrait être de pouvoir, à moindre coûts, servir d'éclaireur pour des expéditions exploratoires dans des endroits potentiellement dangereux, comme des flancs de collines instables, des ravins encaissés ou même des grottes !

Intuitivement, j'aurais également tendance à penser que ce genre de robot, tels de petits animaux domestiques, pourraient être une source de satisfaction pour leurs propriétaires, comme Buddy Bot nous aura à sa manière pas mal occupé... A quand un Aibo sur Mars ?

vendredi 9 décembre 2011

Nourritures spatiales (sol 6)

Cela fait plusieurs jours que je vous parle de l'expérience que nous menons, en tant que cobayes, sur la place de la nourriture dans les missions spatiales de longues durées.

Il faut d'abord comprendre que pour de telles missions – comme les patrouilles sous-marines d'ailleurs – la limite est clairement l'être humain et ce qu'il peut endurer tant physiquement que psychiquement. Et sur un plan alimentaire, contrairement à une machine, l'homme ne se satisfait pas de panneaux solaires pour vivre... il lui faut un peu d'amour, certes, mais surtout beaucoup d'eau fraiche et de nourritures.

Et la nourriture pèse lourd dans l'équation "propergol contre nourriture". Les ingénieurs préféreront toujours mettre un kilo de plus de carburant ou d'instruments de mesure qu'un kilo de camembert, de Nutella ou autre joyeuseté comestible. Sans compter que la nourriture "fraîche", comme les fruits et légumes ne le sera que pendant les premières semaines de vol, ce qui est d'ailleurs une situation que connaissent déjà les hivernants polaires.
Les instigateurs des missions spatiales sont également sceptiques sur le temps que prendraient les tâches ménagères, empiétant d'autant sur celui consacré aux manipulations scientifiques ou techniques. D'où la nécessité absolue d'optimiser la nourriture pour qu'elle pèse le moins lourd possible (vive le déshydraté !), soit facile à préparer, mais soit malgré tout appétante (qu'elle fasse envie), nourrissante (réponde aux besoins journaliers) et satisfasse aussi à la dimension psychologique d'un repas partagé par tous les membres d'équipage (halte au Bolino boulotté dans son coin).

Il y a aussi un tas de contraintes à prendre en compte lors de la préparation des repas, la cuisine ne pouvant pas - vous l'aurez deviné - s'apparenter à celle d'un chef étoilé, mais aussi des températures et des durées de cuisson différentes avec les changement de gravité et de pressions d'air. Bref... se faire des oeufs brouillés dans l'espace est une gageure !

DONC... depuis le début de notre rotation, nous vivons et mangeons sous la webcam aiguisée de l'université de Cornell, et particulièrement de Jean qui a mis au point cette étude. Si nous la remercions chaque sol que Mars fait pour nous avoir préparé nos rations, nous devons nous plier à des règles stricts quant à la nourriture : pendant deux jours, nous ne devons que de la nourriture préparée à réhydrater. Les deux jours suivants, nous avons le droit de cuisiner. Tous les matins, nous nous pesons, et tous les soirs, après le diner qui est notre repas principal nous remplissons un questionnaire anonyme qui nous interroge tant sur notre comportement en cuisine, à table, que sur notre humeur général.

Alors que mange-t-on les non-cooking day ? de la soupe déshydratée, des pâtes déshydratées saupoudrées de cheddar déshydraté, des tortillas dégoulinantes de Nutella et couverte de tranches de pommes déshydratées... et c'est étonnamment bon !

Et les cooking-days ? J'étais de "petite Marie" hier soir, avec Mike, et nous avons fait un risotto aux noix et petits pois SOMP-TU-EUX (recette trouvée sur mon iPhone... Ben oui, décidément, "il y a une application pour ça"). Je pense que tout le monde a apprécié le côté craquant des noix, car avec le déshydraté tout tend malgré tout à avoir la même consistance (quand ce n'est pas le même goût).
Pour le reste on manque de pas mal d'ustensiles, comme un simple plat à gratin allant au four (nous avons pourtant les tranches de pomme de terre déshydratées !), ou d'épices variées, afin de relever un peu les goûts sans trop saler les plats.

Résultats, après 6 jours de ce régime et malgré pas mal d'activités physiques durant des escalades inopinées lors des EVA, nos poids se maintiennent tout à fait ! En revanche, certaines denrées manquent, moi c'est le fromage (pourquoi je sens que ça ne surprendra personne ?), même si je me venge sur ces boites de conserves de cheddar séché !

De son côté, Usha, le chef officiel de notre petite cuisine, s'est lancée dans la culture de graines... espérons que ça prenne !... et fait du pain régulièrement.

jeudi 8 décembre 2011

Journée studieuse au Hab (sol 5)

L'équipe de tournage étant partie, nous sommes de nouveau tout à notre simulation et aujourd'hui aura été une journée particulièrement studieuse me concernant.

Ce matin, après la pesée rituelle – toujours pour cette étude sur la place de la cuisine et de l'alimentation pour les futures missions spatiales de longue durée –, je me suis mise à l'assemblage de Buddy Bot, mon petit rover télécommandé. J'avoue que je lui trouve une classe terrible... Je suis tout même un peu sceptique sur la quantité de liquide embarqué pour le stabiliser, mais en vidant un peu les bouteilles les secousses de l'eau augmenteraient celles du terrain, même à l'arrêt le temps que le liquide se stabilise... Je pourrais tâcher de le repenser avec une seule bouteille... nous verrons ça demain, lors d'un premier essai sur le sol martien, qui sera également l'occasion de tester la portée de la caméra de navigation, la caméra scientifique enregistrant, elle, sur carte mémoire.

Après une soupe lyophilisée, agrémentée de cheddar déshydraté – dès que je sors de simulation, je me commande un t-bone au premier routier du coin... à 10 km –, je me suis mise mollement mais sûrement à la rédaction de mon mémoire. J'avais le plan en partant... le plan, tout le plan, mais rien que le plan. Après quelques lignes un peu hésitantes, je crois que je tiens le bon et surtout quatre pages (n'applaudissez pas, non, vraiment ça me gêne !).

Dernier point, j'ai également installé sur le toit du Hab mon luxmètre afin de relever toutes les heures diurnes l'illumination du site, et tester quelques time lapses du levé du soleil... tout ça dans le cadre de mon projet de diplôme... donc motus, il vous faudra attendre encore un peu pour en savoir plus.

Vers 16h, nous nous sommes offert un "snack non-cuisiné" : tortilla + nutella + tranches de pommes séchées + noix pillées + canelle... le tout au micro-onde ! Ce soir, c'est ravioli... non, curry, pardon, mais lyophilisé, vous l'aurez compris !

mercredi 7 décembre 2011

Quoi... une douche ? Naan... (sol 4)

Sujet sensible, s'il en est, comment se lave-t-on sur Mars ? L'eau étant une denrée rare, et son évacuation un problème certain quand on pense aux températures incroyablement basses qui y règnent... Comment se lave-t-on, donc ?... Hé bien le moins possible !

Depuis le début de la simulation, personne ne s'est encore lavé, et croyez-moi ou non, on ne pue pas (disons-le clairement), même après une séance hilarante hier soir de reniflage sous les aisselles !

Mais les Marsaunotes ayant tout de même leur réputation à défendre, nous nous sommes laissés aller à un brin de toilettes sous les bons auspices de la NASA grâce à ce shampoing sans eau qui s'apparente à un gel hydro-alcoolique qu'on utilise pour les mains. En guise de dentifrice, du bicarbonate de soude... rien de plus efficace et naturel en fait, sans le goût totalement écœurant d'un parfum fraise ou menthe artificiel.

J'ai aussi testé des lingettes lavantes aux huiles essentielles qui sont absolument GE-NIA-LES : pas d'odeur chimique, pas de sensation poisseuse, et une vraie sensation de propre.

En guise de "machine à laver", une bonne aération des vêtements suffit à faire disparaitre toutes les odeurs. Ok, les t-shirts ne sentent pas la lessive et l'assouplisseur, mais pas du tout – foi de marsonautes !- la transpiration.

Je tente le no-shower jusqu'à samedi qui marquera le milieu de notre simulation. L'équipage a d'ailleurs prévu un jour de fête, à l'image de la mid-winter antarctique et de la cabane des sous-mariniers. Au menu des réjouissances : EVA matinale pour voir une éclipse totale de lune et oeuf brouillés (lyophilisés) et bacon au petit-déjeuner au retour !

"World is a world of wanderings"

Petite vidéo musicale pour commencer la journée, avec "The Case for Mars" basée sur l'oeuvre de Robert Zubrin, le petit bonhomme à la casquette, qui n'est autre que le président de la Mars Society.

C'est à lui qu'on doit le scénario "Mars Direct" qui, selon les trajets et orbites de transfert empruntés pour aller sur Mars, prendra 640 ou 910 jours pour un trajet aller-retour. Le premier scénario, plus court, est également le plus risqué et le pus cher (donc le moins rentable), tandis que le second, plus long, est moins risqué et moins cher (donc plus rentable).

Au-delà de ces considérations scientifiques, nous avons aujourd'hui la visite d'une équipe de tournage qui travaille avec Alicia Framis. Alicia fait partie de la rotation, et est une plasticienne très inspirée par l'espace pour avoir déjà travaillé sur le Moon Project.

Nous allons passé 2 jours avec l'équipe filmant tout nos gestes lors des EVA, de quoi mettre un peu de poésie dans un monde de Marsonautes que nous sommes.

mardi 6 décembre 2011

Les jours passent (Sol 3)

Ce qui est étrange, avec la vie en confinement, c'est qu'on perd très vitre la notion du temps. Les repères immuables restent les repas, à l'échelle de 24h, ainsi que les nuits, bien sûr. Mais ensuite, dire si nous sommes lundi ou mardi ou mercredi, c'est une autre paire de manches, ces informations venant plutôt de l'extérieur.

La routine s'installe aussi rapidement, dans ce qu'elle a de rassurant. Lever officiel à 8h, mais toujours plus tôt dans les faits au gré d'un jet lag persistant ; conversation sur les tâches de la journée autour du petite-déjeuner, quelques minutes de ménage et rangement en tout genre, avant de penser aux sorties de la journée.

Qui veut retourner près du lac, qui à Land Art Creek, qui veut trouver des canyons ou de petites grottes... Chaque sortie est l'occasion d'échantillonnage de la part des scientifiques du bord et travailler en scaphandre n'est pas une mince affaire !

lundi 5 décembre 2011

Première EVA (sol 2)

A peine réveillés de notre deuxième nuit martienne, nous voulions tous repartir à l'assaut de notre planète rouge, les corvées collectives de la veille étant terminées.
Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons jamais être seul (ni dedans ni dehors) et quelqu'un doit en permanence rester dans le Hab pour assurer les transmissions et la relation avec notre "Mission Control", ce qui veut dire que nous ne pouvons pas sortir ni tout seul, ni tous ensemble.

Nous nous sommes donc divisés et deux groupes de trois pour réaliser deux EVA (sortie extra-véhiculaire). Une fois nos scaphandres enfilés, nous disposons de quads, et très exceptionnellement d'une voiture 4X4 (notre "module pressurisé"). Cela nous permet de nous éloigner de quelques kilomètres, dans un décors de plus en plus martien. Je vous raconterai une EVA en détails une prochaine fois.

Nous avons déjà identifié quelques "faiblesses" dans les procédures de sortie et de communication et l'équipage a décidé de tenter d'y remédier en proposant un langage non-verbal à l'image de celui employé par les plongeurs. Tout cela sera "documenté" pour servir aux équipages suivants.

Nous pouvons aussi faire des EVA "à pied", en allant évidemment moins loin, mais cela nous permet de gravir ces montagnes si étranges pour avoir un point de vue imprenable sur le Hab et ses alentours.

La grosse surprise de cette première EVA, revient sans doute à Usha, l'astrobiologiste du bord, qui est tombé sur un petit lac gelé dans lequel elle a pu prélever des échantillons...

Alors Usha ? Cyanobactérie ou pas ?

dimanche 4 décembre 2011

Premier jour sur Mars (Sol 1)

Premier jour sur Mars, SOL 1 dirait-on, et une grosse journée pour se familiariser avec le Hab.

Le gros du travail de la matinée a consisté à faire un inventaire de la nourriture dont nous disposons pour les quinze prochains jours. Il s'agissait de vider les placards des reliquats et explorer nos boites à nous... de lister le tout et de ranger le tout à des endroits logiques... le dentifrice sur l'étagère "petit déjeuner"... par exemple !

Après un rapide repas de soupe en poudre, meilleur qu'il n'y parait, nous avons organisé les premières EVA - sorties extra-véhiculaires. Moment intense dans la simulation car nous allions fouler le sol martien, non sans nous être équipés auparavant de nos scaphandres !

Au détour d'une petite colline, nous sommes tombés sur une crique incroyablement rose, avec des rochers incroyables blancs, que j'ai immédiatement - et souverainement - baptisée Land Art Creek...

Une fois rentrés, nous avons commencer à préparer le repas de début d'étude sur l'alimentation en mission spatiale de longue durée (je vous en dirai plus très vite !) : riz, chili et brocoli !

samedi 3 décembre 2011

Amarsissage réussi

Après trois jours de voyage, me voici sur Mars. Le trajet n'a pas été de tout repos : un premier avion en retard, un transfert sur les chapeaux de roues, une nuit trop courte à Denver (Colorado), réveil prématuré, train retardé... puis 7 heures dans un Amtrak pour découvrir la magie américaine, les décors de western (mais pas d'attaque d'indiens cette fois). Arrivée, enfin, à Grand Junction pour retrouver le reste de l'équipage et dernière nuit sur terre.

Nous avons eu la chance de retrouver Jean (une femme, donc prononcer jine), qui pilote l'expérience sur le comportement alimentaire. Avec elle nous avons rallier Hanksville, non sans nous arrêter ici et là pour quelques photos AWSOME. Après pas mal de "manip vivre" et colissage, dirait-on en Antarctique, nous avons fait les derniers kilomètres dans un décor de plus en plus martien.

Nous sommes arrivés au Hab un peu tard pour profiter d'un premier coucher de soleil, mais assez tôt pour découvrir le Hab en compagnie de John de la Mars Society et de Jean qui finissait de nous briefer sur la nourriture : deux jours d'aliments déshydratés, deux jours de "vraie" cuisine, mais pas de fruit ou légume frais, simulation oblige.

Au moment de prendre nos quartiers, grosses émotions quand sur les portes couvertes des nom des précédents occupants j'ai découvert celui de Diego Urbina, qui vient de sortir de Mars500.

Après des démonstrations de pompage d'eau (pour les douches), de démarrage de quad (pour les EVA), le sommeil vient vite !

jeudi 1 décembre 2011

Embarquement immédiat

Depuis un mois de mon dernier post les choses se sont accélérées !

D'abord, ma directrice de mémoire à valider mon plan de mémoire de fin d'études. Même si j'ai le sentiment que "le plus gros est fait" (merci à Amaury et Jeff pour leur aide précieuse), c'est tout à fait un leurre car maintenant je n'ai plus aucune excuse pour ne pas me mettre à l'écriture.

Rendu de mémoire : 13 mars 2012.

Ensuite, j'ai préparé ma rotation martienne sur les chapeaux de roues, réussissant malgré tout à bricoler mon rover martien, comme annoncé lors de mon dernier post. Je vous rappelle que ce rover devra nous permettre d'explorer quelques grottes en évitant de tomber nez à nez avec un puma.

De façon assez intuitive, j'ai presque réussi à le faire ressembler à un "vrai" rover (tout de même loin de la tonne de Curiosity). Il aura donc :

  • • un châssis
  • • une plateforme de navigation lestée (avec deux canettes de Coca - choisi pour leurs dimensions standard)
  • • une caméra de navigation (une caméra pour surveiller les bébés dans leur berceau... le premier qui rigole je prends le nom !)
  • •  une caméra scientifique (j'ai ressorti ma GoPro de mes cartons d'Antarctique)
  • •  deux lampes de 9 LED chacune.
  • •  un GPS

Je croise les doigts pour que la douane US me laisse rentrer chez Oncle Sam avec Buddy Bot, puisque c'est comme ça que je l'ai baptisé.

En attendant mes dernières minutes en France au Terminal 2E de CDG, j'ai tout le loisir de rêver aux étoiles devant les manèges pour enfants fort à propos (la photo de ce post) !

A très bientôt pour mes chroniques martiennes.

mardi 1 novembre 2011

Et pourquoi pas un rover ?

Il y a de fortes chances que nous construisions un rover durant notre rotation... Rassurez-vous, ça ne sera pas celui là ! Vous l'avez peut-être reconnu, il s'agit d'Opportunity qui lui est bien sur Mars. Non, le nôtre sera un engin hélas bien plus modeste mais qui pourra nous rendre pas mal de services comme de nous accompagner en sortie, aller explorer dans quelques recoins difficiles d'accès, pourquoi pas sortir de nuit pour faire quelques reconnaissances ou bien partir à l'assaut des grottes alentours sans que nous nous trouvions nez-à-nez avec des couguars...

L'idée est d'avoir un appareil téléguidé (donc de partir sur une voiture radiocommandée semble tout à fait indiqué), avec une caméra sans fil renvoyant le signal vers le Hab ou l'équipage en EVA (probablement une caméra espion type CCTV avec un récepteur distant à brancher sur un ordi). Il y aurait aussi une "vraie" caméra afin de faire de l'acquisition plus professionnelle.

Ensuite, nous aurions pu penser à une ou deux pinces - elles aussi téléguidées - pour saisir quelques cailloux ici ou là, voire à une tête télescopique ou dirigeable afin que notre rover regarde dans les directions que nous lui indiquerions... le fin du fin aurait enfin été que ce rover soit à énergie solaire, grâce à de beaux petits panneaux à bon rendement, et non sur piles ou accu comme ça sera sûrement le cas... mais la perfection n'est pas de ce monde !

On n'oubliera cependant pas de lui mettre un petit fil à la patte si le rover, tout émoustillé par sa mission, se casse la figure dans les rochers.

Mais tout ça sans budget, en moins d'un mois - puisque le compte à rebours démarre aujourd'hui ! -, et montable-démontable pour être transporté dans l'avion dans mes 23 kg de bagages classiques !

Alors si vous avez des idées... n'hésitez pas à m'en faire part.

lundi 31 octobre 2011

Ma [future] boîte de conserve

Même si je suis silencieuse sur ce blog, je vous promets que ça ne chôme pas dans les préparatifs de ma rotation dans le programme Mars Desert Research Station. Rien que de trouver comment aller dans le désert de l'Utah est une aventure en soi ! Paris > New-York > Denver > Grand Junction > Hanksville... Bref, je décolle de Paris le 1er décembre pour un retour le 20.

En fait, je me rends compte que beaucoup d'entre vous se demande "mais qu'est ce que c'est ?"... Et vous êtes beaucoup à penser que le programme MDRS est de près ou de loin lié à celui de la Biosphère des années 90... Hé bien non.

Le programme MDRS est mené par la Mars Society, fondée par Robert Zubrin un ingénieur NASA et qui vise à catalyser les énergie et bonnes volontés autour de la conquête martienne. Le principal but du MDRS est de tester l'habitabilité du Hab, ce cylindre de 8,5 mètre de diamètre sur deux étages, en totale autonomie énergétique, ainsi que d'améliorer les procédures de travail des scientifiques partant dans de telles missions. Ca parait un peu facile de le dire comme ça... mais essayer "juste" de pianoter sur votre ordinateur avec d'énormes gants d'astronautes et vous verrez que le diable est dans les détails (et je ne vous parle même pas des écrans tactiles !).

Au registre des manip' de plus grande ampleur, Alain Souchier (de l'équipage 43 en 2005) a même testé son rover d'analyse de parois... le désert environnant le Hab étant un formidable terrain d'expérimentations.

De mon côté, je vais m'appliquer à :
  • • faire des relevés de niveaux d'intensité lumineuse (à grand coups de Time Laps et de Luxmètre), toujours dans le cadre de mon projet de fin d'étude à l'ENSCI
  • • mettre le nez dans les affaires personnelles de mes collègues de rotation, pour une étude sur le rôle des effets personnels dans l'appropriation des lieux confinés
  • • construire un petit rover radiocommandé pour nous permettre de faire de l'exploration nocturne aux alentours du hab, voire quelques incursions dans des grottes (comme ça, pas de risque pour nous de croiser des couguars)

Si pour tout ça, si vous avez des suggestions ou des questions, n'hésitez pas à m'en faire part !

dimanche 23 octobre 2011

Faites connaissance avec l'équipage 108

Avec la nouvelle de ma sélection pour participer au programme MDRS du désert de l'Utah, qui date de la semaine dernière, j'ai reçu la liste des mes futurs collègues. Au fur et à mesure de nos échanges, nous apprenons à nous connaitre notamment afin de savoir comment nous organiser pour que chacun puisse mettre en oeuvre ses propres expérimentations, donner un coup de main aux autres, et participer à la maintenance générale du Hab (rangement, ménage, réparations éventuelles, etc).

L'équipage 108 - qui inaugurera la saison de recherche 2011-2012, est donc composé de :
- Mike Lotto, 20 ans, ingénieur
- Ashley Dale, 23 ans, ingénieur
- Michael LeClair, 38 ans, Géodata
- Usha Lingappa, 20 ans, astrobiologiste
- Alicia Framis, 44 ans, plasticienne

Dès que nous aurons échangé nos biographies, je les rassemblerai sur une page dédiée.

Vous découvrez également notre patch de mission qu'en tant que Station Leader de l'équipage 108, j'ai eu l'honneur de dessiner.

Dans les tâches moins exaltantes, j'ai également commencé à organiser les rotations pour les repas et le ménage… ainsi que celui des douches car dans le Hab comme dans tout environnement extrêmes l'eau est une denrée rare.

dimanche 16 octobre 2011

En avant Mars !

Il y a des jours où l'on est plutôt content d'avoir décroché le téléphone. Aujourd'hui ça a été le cas puisqu'un appel des Etats-Unis m'informait que mon dossier de candidature pour partir en mission avec la Mars Society dans le cadre du programme MDRS avait été retenu, qui plus est pour la première rotation !

En deux mots : je pars sur Mars... trois semaines dans le désert de l'Utah.

Le programme MDRS est un programme de recherche "Mars Analogue Research Station Program", c'est-à-dire tentant de recréer le plus fidèlement possible certaines facettes de la vie martienne, que ce soit les procédures de travail (géologie, biologie, astrophysique…), les procédures de gestion du Hab (gestion des eaux grises, autonomies énergétiques…), les règles de vie en commun (styles de managements, gestion des équipes, des conflits éventuels…) ou encore, pour ce qui me concerne, tout ce qui relève du design et de l'optimisation de l'habitabilité de la station.

Ce blog sera une façon de rester en contact avec vous, sachant que vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire sur la liste de diffusion (colonne de gauche). Je donnerai également des nouvelles sur Twitter (@charlottepoupon) et sur Facebook.

Pour patienter avant de me suivre dans le désert de l'Utah, vous pouvez découvrir quelques traits de la vie en Antarctique, en revivant mon expédition sur le Continent blanc.

Voilà, il y a des jours où…